Témoignages

Nos témoignages

« Nous devons être sensibles à la détresse de l’enfant mais gardons-nous d’étiqueter celui-ci de façon trop stricte, comme le poussin blessé, pitoyable et nécessitant un support perpétuel… Plus fondamentalement, nous sommes invités à faire confiance à la résilience de nos enfants.  Elle est démontrée chaque jour par le monde, par tant d’enfants qui passent par l’horreur, en réchappent puis se remettent à croire à la vie… » (Leclercq et Hayez dans « Le deuil compliqué et pathologique chez l’enfant », 1998)

Témoignage d’un parent dont les enfants ont participé aux « Espace-Papillon »:

« Mes enfants transposent à la maison l’attitude d’ouverture acquise au sein du groupe, ce qui a pour effet de favoriser la communication entre nous.   J’observe une diminution des comportements problématiques et des malaises (anxiété, isolement) qui pouvaient cacher des choses que mes enfants ne pouvaient exprimer ».

Vous pouvez choisir de lire différents témoignages :

Témoignage d'une psychothérapeute qui suit des enfants en deuil
« Il arrive souvent que l’enfant se mette à improviser une histoire qui rend compte de son monde intérieur, de sa façon d’appréhender l’actualité familiale. Sa création singulière est une co-création : elle s’appuie tant sur sa capacité d’animer les objets selon son désir que sur la disponibilité psychique de l’adulte. Il s’agit pour nous d’acter ce qu’il dit, de prendre au sérieux ce qu’il donne à voir tout en jouant…

L’important n’est pas tant que « la » vérité soit dite, comme si elle pouvait être une et totale, mais qu’une parole vraie puisse davantage se frayer un chemin au cœur d’une rencontre où les idées toutes faites peuvent être mises en doute. La plupart des adultes considèrent en effet les enfants comme « trop petits pour comprendre » ou au contraire, comme des adultes miniatures à qui « il faut tout dire ». Entre ces deux extrêmes, comment tisser un échange qui s’ouvre à la réalité de l’autre : où en est-il ? Quelles questions se pose-t-il ? Quelles réponses peut-il entendre ? Cet ajustement à tâtons est la teneur principale de notre travail….

Les réalisations de l’enfant sont un langage en soi qu’il ne nous appartient pas d’interpréter. Nous lui offrons une aide matérielle et une présence soutenante pour mener à bien son ouvrage. Cela n’a l’air de rien mais l’entreprise est essentielle….

La nécessité de chercher à reprendre pied, à sortir de l’écrasement, de tenter de (se) réparer, de retrouver une certaine estime de soi, peut se faire impérieuse et passer par la création d’un objet. Qui plus est, l’enfant se sentant lâché, abandonné, est aux prises avec son impuissance et sa colère : envie de tout détruire, de se venger peuvent faire rage. Réaliser un objet lors de ces espaces, c’est tout à la fois tenter de pacifier la rage, apaiser la culpabilité et tenter de restaurer le lien avec la personne décédée, en témoignant de son amour. »

Propos tirés du journal de Cancer & Psychologie, Catherine Renoirte

Témoignage d'une femme ayant perdu son papa à l'âge de 6 ans
« Il est près du feu, assis sur des coussins ; la chaleur semble atténuer la douleur qu’il a dans le dos…
Je suis près de lui, il joue avec moi ; prend mon petit ours jaune et le cache… J’ai 6 ans, c’est le dernier souvenir « vivant » que je garde de mon père.

La salle à manger est le lieu de sa maladie…On lui a acheté un fauteuil-relax, il est à gauche du poêle à charbon, il prend sa température. L’ambiance est devenue pesante et triste comme le silence qui entoure le cancer : je sens mais ne peux nommer le monstre qui dévore la maison.
Ce soir-là, il a perdu le thermomètre… Des paroles se disent… Ma sœur Brigitte pleure et c’est là, qu’intérieurement, sans que rien ne soit prononcé, je ressens l’inéluctable.
Pourquoi à cet instant, à cet endroit ? Est-ce parce qu’il pleure lui aussi ?
Quelle date est-on ce jour-là ? Un jour d’automne, pluvieux et triste ! C’est la fin de l’après-midi, la nuit est tombée avant le souper.
En même temps que la maladie envahit le corps de papa, elle prend possession de la salle à manger au point de nous en exclure, nous les enfants.

« Papa, j’ai six ans et tu es derrière la porte, maigri, torturé par la souffrance ; tu sais que tu vas mourir, tu n’en as parlé à personne, du moins, je le crois, ou, tout au moins pas à ceux que tu chéris : ta femme et nous, tes enfants.
Tu ne t’en donnes pas le droit, veux-tu nous protéger, te protéger ?
Nous vivons dans l’antichambre de ta souffrance. Notre salle de séjour est devenue la salle d’entrée où, exceptionnellement, on a allumé le poêle à charbon.
Pour manger, nous allons à la cuisine accessible par le jardin, sans faire de bruit parce que tu n’en supportes plus aucun. Et c’est pour cette même raison que nos amis ont dû déserter la maison.
Nous ne te voyons plus. Allons-nous t’embrasser, te dire bonsoir ? Je n’en ai aucun souvenir.
Tu n’es plus présent pour nous, il n’y a plus que la maladie dans nos têtes, derrière la porte de la salle à manger et dans ce que les autres et maman en disent : peu de choses…
Une amie vient te faire la lecture de « Don Camillo », cette lecture te détend, nous dit-on, et nous nous sentons détendus ! Tu aimes les caramels, nous courons à l’épicerie en acheter, nous trions et sélectionnons dans le paquet ceux que tu préfères, tu seras content … Nous aussi !…

Quelle solitude as-tu dû endurer, Papa, en plus de ta souffrance physique. Tu savais que tu allais partir, tout quitter, laisser 5 enfants derrière toi et une petite fille. T’es-tu permis de le penser, t’es tu permis de le pleurer ?
J’aurais tellement aimé un adieu, un baiser, des recommandations, un message pour nous dire que tu nous aimais pour toujours ! »

Le dernier soir, papa souffre tellement pour se déplacer qu’il est décidé que notre femme à journée, vienne le porter jusqu’à son lit.
Il n’y eut qu’un soir !
Cette nuit-là, je suis réveillée par le hurlement de maman qui appelle mon père.
Ses cris viennent du rez-de-chaussée il est 2-3 heures du matin, toutes les lumières s’allument, papa est mort ! Un étrange malaise, un grand vide s’installent en moi!
Je me revois à côté de son lit de mort, sens encore l’odeur des mimosas reçus pour son anniversaire encore tout proche, mais ne me souviens pas avoir pleuré ni ressenti de la tristesse ; je crois que, dès cet instant j’ai commencé à m’anesthésier.
Je vais à l’enterrement (on m’y a obligée et ce fut une bonne chose), mais durant la cérémonie, je ne me trouve pas dans le cercle familial et garde le sentiment d’avoir été une enfant « à part ».
Les condoléances et toutes les attentions s’adressent à maman, jeune veuve qui allait devoir élever seule quatre enfants. Peu d’adultes semblent se préoccuper du deuil des enfants à cette époque.

Dès la mort de mon père, ma grande préoccupation fut la souffrance de ma mère.
La mienne, celle de mes frères et sœurs n’étaient rien à côté de la sienne, et, quant à moi, j’ai dû décider que ma souffrance n’existait pas.
Cette réaction fut, selon moi accentuée par le fait qu’aucune parole, aucun geste de compassion ne me furent exprimés.
Seuls, le petit manteau gris que l’on m’a acheté pour l’enterrement et la bande de tissu noir cousue sur le col, permettent, au-delà des mots, une reconnaissance de mon deuil.

Perdre un être que l’on aime, génère dans l’esprit d’un enfant, la possibilité d’en perdre à nouveau.
L’ angoisse permanente de perdre ma mère et de devenir orpheline, m’accompagne durant toute mon enfance.
Dès qu’une sirène d’ambulance retentit en ville, j’imagine, en l’entendant de mon banc d’école, que maman a eu un accident.
Je suis inquiète, anxieuse et impatiente de rentrer à la maison pour être rassurée sur son sort.
Cette angoisse est démultipliée par les crises de pleurs et de larmes de ma mère qui nous réveillent la nuit. Elle appelle mon père en hurlant « Georges, je veux mourir », nous sommes terrorisés et pleurons avec elle ; je me demande à chaque fois avec désespoir lequel de nous quatre va arriver à la calmer, à l’empêcher de mourir. Si cela arrive au moment du retour d’une promenade, je me culpabilise, je me dis que je n’aurais pas dû partir, je n’avais pas le droit de m’amuser alors que ma mère était en train de sangloter toute seule dans sa chambre.
Si je vais dormir chez une amie, je fais promettre à maman de ne pas pleurer, sinon, qui sera là pour la consoler ?

Notre objectif primordial est désormais de la protéger et de la garder en vie.
Quelle stratégie adopter?
Nous devons tout faire pour que notre maman soit contente et ne pleure pas et nous nous faisons un point d’honneur à bien ranger la maison, à faire la vaisselle ou à cirer la salle à manger avant qu’elle ne rentre.
Quant à moi, j’essaie d’être parfaite, gentille, douce, première de classe, je l’accompagne dans son travail et en vacances…

La vie reprend son cours avec beaucoup de difficultés pour maman qui, femme au foyer avant le décès de papa, doit désormais gagner le pain de la famille.
Pour ce faire, elle suit des cours du soir pour reprendre le portefeuille d’assurance de mon père et apprendre à conduire une voiture.
Le manque d’argent est tel que nous devons sans cesse « faire attention ».

Malgré tout cela, entourée de l’affection de mes frères et sœur et de tous nos amis je garde de mon enfance le souvenir plein de vie de nos jeux dans le jardin, des promenades à pied et à vélo, le long de la rivière et dans les bois.
Tous les quatre, nous nous soutenons et retrouvons notre insouciance, notre entrain et notre joie de vivre dans la nature.
L’angoisse de retrouver notre mère en crise à la maison sommeille cependant au fond de nous.

A part ses photos dans chaque pièce, papa est peu présent, personne n’en parle ou si peu, ni maman, ni mes frères et sœurs .
Rien sur ce que papa aimait manger ou faire, rien sur ses loisirs, sur son caractère, rien sur son travail, son histoire, très peu sur ses amis !
Papa devient une abstraction, un mot, et dans la bouche de maman « celui qui n’aurait pas aimé que l’on fasse cela ».
La première fête des pères est difficile pour moi, les enfants de la classe préparent leur cadeau, pour une fois je ressens la tristesse et le manque. Je décide de faire mon cadeau pour papa et le décore de jaune et de rouge, couleurs gaies et vivantes comme j’ai envie que la vie soit. Cela me fait beaucoup de bien .

Je me persuade vite que finalement, je n’ai pas vraiment besoin de père ; à l’adolescence je m’en réjouis même en me persuadant que son absence me permet d’avoir plus de liberté pour mes sorties.
Néanmoins, à chaque début d’année scolaire, papa se rappelle à moi au moment où il faut remplir, à l’école, une fiche avec la composition de la famille. Que devais-je écrire pour profession du père ? Décédé me dit-on ! Comme il est difficile pour moi d’écrire ces trois syllabes !

A l’adolescence, la peur lancinante de ma propre mort s’ajoute à la peur de perdre mes proches. Apparaissent alors mes premières angoisses qui me plongent à certains moments dans des abîmes sans fond : peur de disparaître, peur du néant, peur du vide, peur du cancer.
C’est ainsi que lorsque mes seins commencent à se développer je pense qu’il s’agit du cancer.
Je m’intéresse très jeune à tout ce qui est médical et tente d’éviter tous les produits cancérigènes. J’ai le projet de faire plus tard de la recherche sur le cancer ce qui se réalisera.

Mes peurs et mes angoisses deviennent de plus en plus fréquentes à l’âge adulte, chaque problème de santé est interprété comme un cancer
La peur de perdre se focalise sur mon mari, mes enfants : un retard de mes filles à un rendez-vous et c’est la panique : on les a enlevées, elles ont eu un accident, elles sont mortes

Ainsi la mort de mon père que j’ai voulu oublier, n’a eu de cesse de se rappeler à moi de façon détournée ; la souffrance m’a rattrapée au tournant
On ne peut vivre impunément sans père, ni le suspendre dans le temps et dans l’espace sans conséquence néfaste.
En faisant disparaître mon père, en m’anesthésiant de la sorte je me suis chargée d’un sac très lourd à transporter, je me suis amputée d’une partie de moi-même, on imagine très bien quelle difficulté de suivre le chemin de la vie dans ces conditions .

Je suis donc partie à sa recherche, j’ai trouvé le courage d’interroger ma mère et mes frères et sœur, de retourner sur sa tombe, de rencontrer mon oncle et un de ses grands amis.
J’ai placé sa photo dans notre maison.
Tout cela m’ a permis de retrouver en moi ce qui me vient de lui : son front haut, son sourire, sa fascination pour les avions, certains aspects de son caractère…
J’ ai commencé enfin à ressentir et à exprimer la grande tristesse de l’avoir perdu et le manque profond lié à son absence lors des difficultés et des grands événements de ma vie : les fêtes de Noël, ma communion, mon mariage, la naissance de mes filles…
Je l’ai enfin pleuré et, avec mes larmes, se sont ,peu à peu, écoulées mes angoisses.

J’ai placé depuis peu, le chapeau de papa dans la salle d’entrée de notre maison, il me dit chaque jour qu’il a existé et me parle de sa présence légère et réconfortante tout au fond de moi. »

Anne Houben

Témoignage d'une fille de 15 ans ayant perdu son papa récemment
Je pense pouvoir dire que j’ai eu une vie jusqu’ici heureuse, ma maman m’a élevé avec tout son amour et je lui dois énormément.
Depuis que j’ai deux ans, mon père est en dépression, il n’a jamais su s’occuper de lui et encore moins de nous. Il a été dans beaucoup d’hôpitaux mais ça n’a jamais rien changé, j’étais petite et j’ai souvent des flashes qui me reviennent sans savoir d’où ça vient.
Quand j’ai eu 10 ans, mes parents ont divorcé, ma mère ne supportait plus de le voir comme ça, il fallait qu’elle le fasse pour elle aussi.

J’étais censée aller chez lui un week-end sur deux, mais j’y allais seulement 2 ou 3 h par week-end. Il habitait dans un logement social déclaré insalubre. Je trouve ça révoltant de laisser vivre des gens et de les faire payer pour un taudis pareil ! Mon père ne pouvait envisager la possibilité de vivre tout seul, il s’est donc remarié par agence matrimoniale. Cette femme me détestait et je lui rendais bien ! Au bout de 2 ans de mariage, tous s’est dégradé. Ils ne s’entendaient plus du tout. La santé de mon père aussi s’est dégradée. Il a fait plusieurs crises cardiaques, il avait des problèmes de bronches et toujours cette foutue dépression. Ca l’a bouffé pendant tellement d’années, il a tout perdu à cause de cela.

Je continuais d’aller chez lui mais il prenait de plus en plus de médicaments. L’année passée, il allait vraiment très mal. Il n’avait plus le courage de s’habiller, il ne sortait plus et s’en foutait du monde entier. Ca me rendait trop triste de le voir dans cet état-là et d’être totalement impuissante, de ne pas savoir quoi faire pour l’aider.

Et puis, il y a eu ces vacances. Juillet 2004, je suis partie avec ma mère et ma tante en France en sachant que mon père allait mal. On était là-bas depuis une semaine quand on nous a annoncé sa mort.
J’aurais voulu mourir sur place, partir avec lui, hurler mon désespoir parce que c’était mon père. J’étais loin, j’étais partie en vacances alors que lui était en train de mourir, ce n’est pas juste … Dans ma tête, mon père était devenu invincible. Et puis, voilà, on est rentrées à Bruxelles. Il y a eu l’enterrement, je pense qu’avant de voir le cercueil, je n’avais pas réalisé. J’en veux aux pompes funèbres, je n’ai pas pu assister à la mise en bière et je ne sais même pas de quoi mon père est réellement décédé. En plus, ma belle-mère ne m’a laissé aucun objet !
Maintenant, on est 9 mois plus tard et j’ai beau réaliser plus les jours passe, plus l’écart se creuse. Je n’oublie pas …
L’entente avec mon père n’a pas toujours été géniale mais je l’aimais et ça, je n’ai pas pu lui dire, je lui ai jamais sauté dans les bras non plus. Plein de choses qui peuvent sembler futiles mais qui, pour moi, ont maintenant de l’importance.

Pour l’instant, je vis ma vie, je sais que c’est ce que mon père aurait voulu. J’ai beau dire qu’il faut se battre, je n’y arrive pas tous les jours et il reste encore beaucoup de moments de déprime.
Voilà, du haut de mes 15 ans et demi, j’ai décidé d’exister, de ne pas me laisser marcher sur les pieds. J’ai compris aussi que rien ne reste, que chacun a son destin et qu’il ne faut jamais baisser les bras.
Et puis surtout garder le sourire et peut-être que mon papa sera fier de moi.

J’espère que ce témoignage pourra aider des personnes dans le même genre de situation ou fera peut-être même bouger les choses …

Savoir ce que je ressens
Extrait du journal « Le jour » du samedi 3 novembre 2007.

« Mon père est décédé il y a 23 mois, explique Adrien, 14 ans. Je n’en parle pas beaucoup, parce que parler rend triste. Je n’aime pas quand des copains me demandent comment ça s’est passé. Quand ils me gênent avec leurs questions, je leur dis clairement que ça ne les regarde pas. »

« Mon père est décédé il y a 23 mois, explique Adrien, 14 ans.
Je n’en parle pas beaucoup, parce que parler rend triste.
Je n’aime pas quand des copains me demandent comment ça s’est passé.
Quand ils me gênent avec leurs questions, je leur dis clairement que ça ne les regarde pas. »

Depuis le mois de mai, tu vas à l’Espace-Papillon, pourquoi ?

« Maman m’avait demandé d’essayer une séance.
Finalement, ça me fait du bien de savoir ce que je ressens, de savoir que je ne suis pas le seul.
Sinon, je protège maman.
Je le fais en n’en parlant pas, pour qu’elle ne pleure pas.
Parfois, ça bouillonne, alors j’écris des petits mots, que je dépose sur son lit ou ailleurs.
L’Espace-Papillon, ça m’a rendu meilleur, plus sociable et puis, désormais, je ne m’arrête pas à une première impression sur quelqu’un, je cherche à savoir.
Mais je trouve que six séances, c’est un peu trop peu. »

Que s’est-il passé ces derniers mois ?

« J’ai raté une année.
Je ne faisais plus d’effort.
Maintenant, je refais du rugby, ça va mieux.
Maman va mieux, elle à même fait un sacré nettoyage dans la maison !
Elle se levait à l’aube pour tout ranger, lessiver…Depuis août, ça va bien. »

Quel trait as-tu hérité de ton père ?

« J’ai hérité de sa gentillesse, je suis un garçon très doux et affectueux ».

Quel rêve as-tu pour l’avenir ?

« Ouvrir mon restaurant ou devenir journaliste.
Je pense que, comme mon père, ça me plairait de voyager ».

Il était une fois une grenouille
GUERRE ET PAIX…

Une histoire créée en atelier avec les enfants.

Il était une fois une grenouille.

 2_Resolution_de_l_ecran_320x200_-2-491d3

 

 

 

 

Elle était très gentille.
Elle avait un ami : son ami le têtard.
Ils vivaient paisiblement.
Quand, soudain, son ami le têtard est devenu un têtard à griffes, avec des cornes de diable et une faux qui tue les papas !

La guerre éclate entre les grenouilles et les têtards qui veulent conquérir le monde.
Dans le camp des gentils, certaines grenouilles sont prêtes à se suicider.
Mais d’autres leur disent :
« Allez, courage ! Défendons-nous ! Prenons nos arcs à flèches, nos épées et nos filets ! »
La bataille fait rage.

3_320x200_-2-90f9f

4_320x200_-2-66bf5

Méchants et gentils s’entremêlent.
On reconnaît les méchants à leurs cornes.
Tandis que les gentils ont des ailes d’ange.

5_320x200_-2-ee629

Qui va gagner ?
Les gentils ? Non !
Les méchants ? Non, les gentils … les méchants !

La ville est en feu.

7_320x200_-2-4c6be

Il faudrait du renfort.
Voici qu’arrive une armée d’escargots.
Oui, mais des escargots à moteur avec des missiles dans le dos, pour secourir les gentils.

8_320x200_-2-c3262   9_320x200_-2-1661f

Les grenouilles qui sont trop épuisées peuvent aller se reposer dans leur château.

10_320x200_-2-df73a

Quelle n’est pas leur surprise de voir débarquer un comité de têtards avec un drapeau blanc à la main.
« Nous avons décidé de rallier votre camp et de devenir gentils ! »
« Hourra ! » « Hourra ! ».
Mais, le chef des têtards ne l’entend pas de cette oreille.
Il construit des robots armés, avec des armes tellement puissantes que, parfois, quand elles se déclenchent, cela se retourne contre eux.

11_320x200_-2-9bd4c

Cette maudite guerre n’en finit pas.
Certains se demandent comment y mettre fin.
« Et si on se rendait ? », disent les uns.
« Ah non ! Jamais ! » Proclament d’autres.
« Ou alors, on n’a qu’à dire  » STOP ! ».
On arrête.
Match nul !
Personne n’a gagné, personne n’a perdu ».

Le général des grenouilles propose alors d’en finir avec cette guerre et de signer un traité de paix, avec le tracé d’une frontière entre les deux camps.
« Bonne idée ! », renchérissent les grenouilles.
« D’accord ! », approuvent les têtards qui en ont assez de la folie destructrice de leur chef.

Ensemble, ils se mettent en cercle.

12_320x200_-2-416ea

« Parlons, fumons le calumet de la paix et désignons des ambassadeurs ».

Tout en parlant, ils décident de créer un musée.

13_320x200_-a93a3

Un musée pour y mettre toutes les armes, en souvenir de cette guerre historique.

Ensemble, ils organisent une grande fête pour célébrer leur amitié retrouvée.

14_320x200_-2-09d94

Enfin un peu de paix au cœur, de la joie, après tant de rage et de déchirement.