Publications

Accueil / Publications / Outils didactiques

Réparer les vivants

 

réparerbis

Adapté du roman éponyme de Maylis de Kerangal, ce film se centre sur la relation à distance entre deux familles, l’une en deuil et l’autre en quête d’espoir.

Simon, 17 ans, part à la mer avec ses amis pour s’adonner au surf. Sur le chemin du retour, un accident lui fait subir un important traumatisme crânien. Simon est déclaré en mort cérébrale. À l’hôpital, le médecin tente alors de convaincre les parents de l’adolescent, bouleversés, de faire don de quelques organes de leur fils. Claire, mère de deux enfants, est une musicienne professionnelle atteinte d’une grave maladie du coeur. Seule une transplantation pourrait la sauver…

Le film se focalise tout particulièrement sur la douleur ressentie et vécue par les différents protagonistes impliqués dans le don d’organes: le manque, la détresse, la colère, l’attente… Il livre aussi une réflexion sur le caractère aveugle de cet acte et porte un regard frontal sur ses aspects techniques. Des passages méditatifs émaillent également la narration, sortes d’échos oniriques à la relation presque filiale entre un donneur-fils et une receveuse-mère.

D’une situation tragique naissent des moments d’une rare humanité.

Film de Katell Quillévéré, 2016, Drame, 1h43, avec Tahar Rahim, Emmanuelle Seigner, Anne Dorval, Bouli Lanners, Kool Shen

 

120 battements par minute

 

120

 

Grand Prix du Festival de Cannes en 2017, ce film poignant narre l’histoire du mouvement Act Up en France, groupe d’activistes dont la mission est de défendre les droits de toutes les personnes touchées par le sida. En 1989, à l’époque de la naissance de l’association, les traitements sont lourds et inefficaces et l’on meurt du sida dans l’indifférence des pouvoirs publics et des firmes pharmaceutiques.

Ce récit laisse éclore progressivement une histoire d’amour entre deux hommes, l’un séropositif, l’autre non, rencontrés lors de réunions du groupe.

On y parle du désir charnel qui s’insère jusque dans une chambre d’hôpital, du désir d’être vu, entendu, de frapper l’opinion publique. Le désir de vivre et le droit au plaisir sont à l’avant-plan des thèmes abordés et ce, parfois, sur un ton empreint d’un humour cinglant.

On rit, on pleure (beaucoup) et on en ressort un peu plus vivant, un peu plus concerné par la lutte des personnes touchées par une maladie létale.

Film de Robin Campillo, 2017, Drame, 2h20, avec Nahuel Perez Biscavart, Arnaud Valois, Adèle Haenel 

ligne-droite-horizontale_lll318-69669Vous retrouverez ici une liste de livres et de films traitant de la maladie grave et du deuil :

Cliquez-ici pour découvrir la liste des films qui abordent la maladie, le deuil et/ou la mort.

Cliquez-ici pour découvrir la liste des ouvrages qui abordent la maladie grave

Cliquez-ici pour découvrir la liste des ouvrages qui abordent la maladie d’un enfant et d’un parent

Cliquez-ici pour découvrir la liste des ouvrages qui abordent la mort d’un enfant

Cliquez-ici pour découvrir la liste des ouvrages qui abordent la mort d’un parent

Nous vous invitons aussi à écouter l’enregistrement audio de la conférence, qui a eu lieu le 18 juin 2015, sur le thème « Cancer et sexualité ».
À découvrir en cliquant-ici !